Arequipa et le Canyon de la Colca

Dimanche 13 août

Après une nuit dans le bus nous arrivons à Arequipa, mais cette fois-ci nous sommes plus malins et nous allons à l’auberge en taxi. À 6h du matin, il fait bien froid et les bars sont fermés. Nous attendons le soleil avant de prendre un petit-déj en terrasse avec vue sur la place principale.

Nous découvrons avec surprise que le centre-ville est assez petit, et suivant les conseils de notre guide nous allons visiter un couvent. Construit peu après la conquête espagnole, c’est une véritable citadelle dans la ville. Un couvent avec petites cellules, cuisines et fours en terre séchée, avec une architecture sobre et colorée. L’atmosphère andalouse se mêle avec le côté mystique et religieux.

Il est temps de préparer notre tour au canyon de la Colca. Encore une fois, nous essayons de l’organiser en autonomie, mais nous manquons d’informations sur la géographie du canyon et des chemins qui le parcourent. Les collectivos pour rejoindre les différents villages marchent vraiment à la péruvienne. Si on avait une semaine à y dédier, on pourrait y aller seuls. Encore une fois on achètera un paquet en agence. Presque par hasard on découvre qu’il y a un trekking de 2 jours, à la place du traditionnel tour en bus. Parfait !

Le soir c’est la fête de la ville, 447 ans de la fondation. Musique, fanfares, danses et feu d’artifice !

 

Lundi 14 août

Pour la énième fois réveillés à 2h15… le RV devait être entre 3h et 3h30, mais le bus passe nous chercher à 2h40. Panique. Vite vite on ferme les sacs et on part. non espère ne rien oublier. Avec nous il y a un group de Lituaniens qui n’ont pas l’air de randonneurs. Ils commencent même à chanter. Il ne manquerait plus qu’ils sortent la bouteille de vodka ! Quand le guide commence à expliquer le programme de la journée, nous paniquons. Il semblerait que l’on soit dans le mauvais bus ! En réalité ils nous laisseront au départ du trekking et ils continueront le tour en bus. À l’aube nous découvrons le spectacle que réservent les hauts plateaux péruviens, mais ce n’est pas à n’importe quel prix. Le froid est tellement glacial que le chauffage du bus ne suffit pas et de la glace se forme à l’intérieur des vitres ! Il fait trop froid pour dormir !

Nous visitons deux petits villages et c’est parti pour la randonnée. Pendant que nous attendons le guide, nous avons la chance de voir de grands condors voler sur nos têtes. On est en group avec 3 jeunes Français plutôt sympas. Notre guide nous fait aussi un cours de botanique, nous montrant une plante vénéneuse, celle contre le mal de montagne, le mal de tête, le mal d’estomac et contre le moustique. En guise de conclusion il nous explique que ces plantes sont utilisées ici, car la coca ne pousse pas, mais la coca s’avère plus efficace que toutes les autres plantes. / nous apprenons aussi que les avocats poussent très bien ici. Un arbre peut faire jusqu’à 2000 avocats par an. Ils ne sont pas commercialisés, car les récolter et transporter est trop coûteux en temps et rapporte peu. Il vaut mieux se dédier à l’accueil des touristes. Les familles en consomment un peu, et tout le reste est donné aux animaux ou pourrit par terre. Quel dommage quand on sait combien ils peuvent être bons ici, et pas bon et très cher en Europe !

Nous descendons jusqu’au fond du canyon, et en traversons le torrent. Puis on remontera d’une cinquantaine de mètres avant de nous arrêter dans un village où vivent trois familles pour déjeuner. Encore 2 heures de marches ponctuées de nombreuses pauses riches en enseignement culturel et géographique, et nous arrivons à un village Sangalle, plus communément appelé L’Oasis. En effet c’est une tâche verte regorgeant d’eau dans un canyon où les cactus sont rois. Nous y passerons la nuit. Une piscine nous attend, le soleil est déjà tombé et nous nous contentons d’y tremper les pieds. Notre chambre (cabane) est tout ce qu’il y a de plus sommaire, 4 murs en bois, un toit et beaucoup d’aérations ! Heureusement il y a des couvertures qui s’avéreront très chaudes, mais aussi très lourdes.

Mardi 15 août

Une autre journée chargée s’annonce. Petit-déjeuner à 8h à Cabanaconde, mais avant ça, il nous faut rejoindre le village. Environ 3 heures de marche, départ à 5h. Il fait encore nuit et faisons partie des rares à avoir une lampe frontale. Certains n’ont rien, et le guide utilisé son téléphone portable ! 1000mt de dénivelé +, nous aideront à nous réveiller et nous ouvrirons l’appétit. En effet Cabanaconde se trouve sur le plateau, alors que l’oasis est au fond du canyon !

La suite de la journée sera plus calme, arrêts photo panoramiques multiples et bains aux termes de Chivay. Trop tranquille pour nous, une zip line (tyrolienne) jouxte les termes. Pendant que certains s’offrent un moment de relax, nous nous offrons une décharge d’adrénaline.

Notre séjour à Arequipa se termine. Nous récupérons les affaires à l’auberge de jeunesse et nous préparons à passer la nuit dans le bus alors que nous voyageons vers Puno.